Pétrole : le Brent termine la semaine au-dessus des 62 dollars

  Les cours du brut montent crescendo. Le baril de Brent de mer du Nord, référence pour la cotation du pétrole algérien, a dépassé la barre symbolique des 61 dollars à la clôture des marchés européens vendredi terminant ainsi une semaine de hausse continue. Le Brent a gagné 77 cents sur une Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a gagné 1,45 dollar pour finir à 62,07 dollars. Il termine la semaine sur un gain hebdomadaire de 2,70%. Le baril de light sweet crude  pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a gagné 1,10 dollar pour terminer à 55,64 dollars sur le New York Mercantile Exchange. Sur la semaine, il a gagné 3,22%. C’est la possibilité d’une reconduction de l’accord de l’Opep sur la baisse de l’offre de pétrole jusqu’à fin 2018 t la baisse des stocks US de brut qui semblent porter les marchés. Les prix ont également été encouragés vendredi en cours de séance par l'annonce d'une diminution importante du nombre de puits de forage de pétrole actif aux Etats-Unis, une donnée publiée chaque semaine par l'entreprise américaine Baker Hughes. Ils sont passés de 737 à 729 puits au total, signe que la production américaine pourrait diminuer à court terme. Les analystes de Capital Economics estiment, selon AFP que « les cours ont dépassé les 60 dollars à Londres avec l'espoir d'un renouvellement de l'accord de l'OPEP et d'une baisse des réserves américaines » Le Département américain de l'Energie (DoE) a fait état mercredi d'une baisse des réserves de brut mais aussi d'essence et de produits distillés aux Etats-Unis. "La baisse des réserves semble plutôt être due à une baisse des importations qu'à une demande très forte", ont cependant estimé les analystes de Capital Economics, qui "doutent que les prix resteront à ces niveaux pour longtemps". Il faut noter par ailleurs les marchés ont vu l'annonce jeudi par l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, d'une hausse de ses tarifs vers l'Asie comme un nouveau signe du rééquilibrage du marché. Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, s'est rendu en Arabie saoudite, et les deux figures de proue de l'accord ont réaffirmé leur dévouement au rééquilibrage des marchés. "Le ministre saoudien de l'Energie (Khaled al-Faleh) a décrit le respect des objectifs de production comme excellent et son homologue russe a fait de son mieux pour assurer que l'accord serait reconduit au-delà de mars 2018", a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM. "En plus de l'Arabie saoudite et de la Russie, l'Iraq a aussi une nouvelle fois confirmé être en faveur d'une prolongation de l'accord, ajoutant ainsi une voix de poids dans cette direction", a indiqué Gene McGillian, de Tradition Energy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *