Sahara occidental: la France continuera d’appuyer l’action de Horst Kôhler

  La France continuera d’appuyer l’action de l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Horst Kôhler dans le règlement du conflit au Sahara occidental, a déclaré le Quai d'Orsay qui a salué la résolution 2414 du Conseil de sécurité prorogeant le mandat de la Minurso de six mois. "La France salue l’adoption par le Conseil de sécurité, le 27 avril, de la résolution 2414, qui renouvelle le mandat de la Minurso (Mission des Nations unies pour l'organisation du referendum au Sahara occidental)", indique un communiqué du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères publié lundi sur son site internet, ajoutant qu'elle "apporte tout son soutien à cette mission, qui joue un rôle essentiel en faveur de la paix et de la stabilité dans la région". "La France continuera d’appuyer à cette fin l’action de l’envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies, M. Horst Kôhler", affirme le Quai d'Orsay. Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté, vendredi dernier, la résolution 2414 qui réaffirme le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et appelle les deux parties au conflit, le royaume du Maroc et le Front Polisario, à des négociations "sans conditions préalables et de bonne foi",  menées sous les auspices du Secrétaire général de l’ONU. Il a appelé les deux parties au conflit à "reprendre dans les meilleurs délais, leurs négociations directes" et exprimé son appui à l'envoyé personnel du SG de l’ONU pour organiser ces négociations, renouvelant le mandat de la MINURSO pour une période de six mois. De ce débat tenu au Conseil de sécurité, plusieurs points saillants ont été relevés. Il y a lieu d'abord de noter "un soutien massif des Etats membres à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental". Le Sahara occidental occupé par le Maroc, dernière colonie en Afrique, est inscrit par l'Onu en 1963 dans la liste des territoires non autonomes, donc éligible à un processus d'autodétermination. Le 20 décembre 1966, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté la résolution 2229 (XXI) sur la question du Sahara occidental, réaffirmant le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination. Le 16 octobre 1975, la Cour internationale de justice a rendu un avis consultatif dans lequel elle n'établit l’existence d’aucun lien de souveraineté entre le Sahara occidental et le Maroc, rappelle-t-on.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *