OAIC : Les dessous de l’affaire révélés

Le procureur de la République auprès du pôle pénal économique et financier près le tribunal de Sidi M’hamed a tenu, aujourd’hui, une conférence de presse qui porte sur une affaire de corruption concernant l’ancien inspecteur général de l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales (OAIC) arrêté il y a plus d’une semaine.

Les faits remontent, selon le procureur de la République, à novembre 2020. « Une personne dont l’identité est déterminée, de nationalité algérienne », a effectué des transferts d’argent. Sur la base de ces données, le bureau du procureur a ordonné l’ouverture d’une enquête dont l’un des axes concerne le suspect, identifié comme « H. A. », âgé de 61ans, ainsi que son parcours professionnel.

Le suspect a occupé plusieurs postes à l’OAIC, depuis 1987, dont celui de directeur des études externes et d’inspecteur général. Il a également présidé le Comité des transports maritimes.

L’enquête a révélé de fréquents aller-retour à destination de la France, « en moyenne une fois tous les deux mois, avec un séjour compris entre 5 et 10 jours ».

Les enquêtes ont également révélé les multiples biens matériels du suspect, dont une villa de 513 m2 située à Alger, acquise le 10 mai 2004, et une autre de 200 m2, également située à Alger, acquise le 19 mars 2005. En plus de comptes bancaires au niveau de plusieurs établissements bancaires en dinars et en devises. Il s’agit de montants s’élevant à « plus de 61 642 euros et 12 961,17 dollars ».

Une ordonnance a été émise pour placer le suspect en détention provisoire pour « enrichissement illicite, octroi de privilèges injustifiés, blanchiment d’argent et violation de la législation sur les déboursements vers et depuis l’étranger ».

You May Also Like

One thought on “OAIC : Les dessous de l’affaire révélés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *